SAVOIE-FORTIFICATIONS



  
Menu • Avant propos • Cartographie • Ouvrages • Hommes • Actu • News • Liens • Contact • Livre d'Or 

Remonter

Composition d'un ouvrage Séré de Rivières :

 

    Présentation :

    La défaite de 1870 pousse la France à barrer ses frontières. Les concepteurs de cette nouvelle fortification, avec en tête le Général Séré de Rivières, s'appuient naturellement sur les expériences de la guerre Franco Prussienne pour définir les caractéristiques des futurs ouvrages.

    Le système Séré de Rivières en Savoie se compose d'un verrou formé de forts assurant la puissance de feu (écrasement de l'ennemi sous un feu d'artillerie), complété d'ouvrages de moindre importance pour verrouiller les passages secondaire et observer les accès.

    A la construction des premiers ouvrages (1875), le béton n'en est encore qu'à ses début. L'artillerie, bien qu'en constante progression, n'a pas encore la puissance destructrice du XXe siècle. C'est pourquoi les ouvrages sont édifiés en maçonnerie, renforcée d'une couche de terre tassée. Les armes comme les servants sont disposés à l'air libre : terrasses pour l'artillerie, banquettes pour l'infanterie, avec magasins à munitions à proximité. Les parapets protègent des éclats et des balles.

    Les ouvrages importants (fort, redoute) sont entourés d'une enceinte défensive : fossé (ou escarpement rocheux naturel) avec mur d'escarpe et de contrescarpe, parfois remplacé par une grille défensive ; défendu par des caponnières ou bastionnets. Tous les locaux sont en maçonnerie épaisse (1m en moyenne), sous une couche de terre : magasins à munitions, chambres de repos, cuisine, réserves, etc. L'accès à l'ouvrage se fait uniquement par un pont levis. Les passages internes sont à l'arrière des locaux, ou défilés.
    La faible cadence de tir des armes (d'infanterie et d'artillerie) à conduit à la multiplication des emplacements de tir. Ce qui induit une grande surface au sol, ainsi qu'une garnison conséquente.

    Les ouvrages de moindre importance (baraques poste, baraquements, blockhaus) sont en surface. Les bâtiments sont en maçonnerie ordinaire, crénelée pour l'action des armes à feu. Ils comprennent également tous les locaux nécessaires à la vie de la garnison, dans des proportions réduites : chambre de repos, magasins à vivres et réservoir d'eau, magasin à munitions.

    Tous les ouvrages bénéficient d'un accès privilégié (route, réseau de chemins muletiers, téléphériques). Ils disposent également d'une arrivée d'eau dans la mesure du possible (en fonction de l'hydrologie et du relief). Un casernement extérieur classique repose la garnison des ouvrages importants en temps de paix.

    En 1880, crise de l'obus torpille : utilisation des explosifs chimiques plus puissants et sans fumées, fusée permettant de déclencher l'explosion d'un obus en temps voulu (avant l'impact pour toucher les servants avec les éclats, après impact faisant exploser le projectile dans le sol). Désormais, les forts ne sont plus à l'abri : pièces inutilisables, servants blessés, voûte des locaux effondrées.
    Des solutions sont adoptées : multiplication des emplacements d'artilleries (batteries indépendantes situées entre les forts), renforcement des locaux par une couche de béton isolée par du sable, creusement de casemates sous roc. Mais faute de crédits, seuls les ouvrages clefs sont modernisés.

 

    Les ouvrages sont organisés en places. Ils sont à portée d'artillerie les uns des autres, et peuvent se soutenir mutuellement. En cas de chute d'un ouvrage, ses voisins peuvent effectuer des tirs de destruction.
    Les ouvrages sont liés par un réseau de communications : le télégraphe optique. Chaque ouvrage important dispose d'un poste émetteur-récepteur le reliant à ses voisins. D'autre part, les places de Maurienne (St Michel, Modane) communiquent avec la place de Chamousset via le relais de Rogner ; les places de Chamousset et Albertville sont en liaison avec Grenoble, qui bénéficie du réseau du Sud-Est (de Lyon à Nice). La Tarentaise fait exception, puisque ses ouvrages ne sont pas reliés au réseau général.

 

    Les ouvrages Séré de Rivières sont équipés d'un armement standard : pièce d'artillerie de campagne, fusils réglementaires. De même, la garnison est issue de la troupe.
    C'est pourquoi tous les ouvrages de Savoie ont été vidés durant le premier conflit mondial : hommes et armements participèrent aux combats du Nord en 1914-18.

 

    Retour Composition.

Copyright © www.savoie-fortifications.com 2004-2010.
Tous droits réservés.