SAVOIE-FORTIFICATIONS



  
Menu • Avant propos • Cartographie • Ouvrages • Hommes • Actu • News • Liens • Contact • Livre d'Or 

Remonter
Arcellins
Beccia
Mont Froid
Revêts
Sollières
Turra (bts)
Turra (fort)
Vanoise

Place de Lanslebourg :

Présentation :

    Le sous secteur de Haute Maurienne, appelé généralement place fortifiée de Lanslebourg, est un lieux hautement stratégique puisqu'il contrôle l'historique passage du Col du Mont Cenis. De fait, il est particulièrement surveillé, comme en témoignage l'impressionnante barrière de l'Esseillon. Les sommets, malgré une altitude respectable dépassant les 3 000m, ont vu défiler les armées, depuis Hannibal jusqu'à Napoléon.

    La frontière définie par le Traité de Turin de 1860 suit la ligne de partage des eaux (loi des eaux pendantes) ; son tracé laisse le plateau du Mont Cenis à l'Italie, qui bénéficie ainsi d'un saillant confortable, propice à la surveillance de la Haute Maurienne française. Suite aux tensions politiques entre les "soeurs latines", le Mont Cenis va devenir un enjeux stratégique : le plateau est solidement fortifié par l'Italie, la France installe ses ouvrages sur le rebord Nord-Ouest et s'accroche aux sommets.

    De nos jours les lieux ont bien changés : le Traité de Paris de 1947 a déplacé la frontière de 7 km, accordant le plateau du Mont Cenis à la France et par là, les ouvrages ex-italiens. La construction du barrage du Mont Cenis (le plus gros de Savoie) a noyé le plateau, engloutissant nombres d'ouvrages militaires et civils ; tout en modifiant le paysage (routes, climats).

Mission et composition :

    La place de Lanslebourg est une position avancée dans le système défensif de la Maurienne ; puisqu'en amont de la place de Modane. Elle a pour mission la surveillance et l'interdiction du col du Mont Cenis et ses passages annexes, ainsi que les débouchés des hautes vallées de la Haute Maurienne en amont de Lanslebourg. De par sa position, elle assure la liaison avec le secteur de Tarentaise. Ce sous secteur regroupe 8 ouvrages pour la plupart de la génération Séré de Rivières, totalisant 10 pièces et 2 canons anti-char.

    La principale menace vient du col du Mont Cenis, unique voie routière du secteur reliant l'Italie, et de ses passages secondaires (en particulier le col de Sollières). Quant aux hautes vallées, la défense est confié à l'Armée de campagne. La liaison avec la Tarentaise est défendu au passage le plus important, le col de la Vanoise, par un petit ouvrage. Le sous secteur s'organise en deux systèmes superposés :

  • Le système Séré de Rivières : l'importance du Mont Cenis est tel que l'Armée des Alpes, sous l'impulsion du Général Baron Berge, aménage le secteur à outrance. Il s'agit de faire face à toute attaque, y compris par des manoeuvres de contournement par les sommets ; également de surveiller l'activité ennemi sur le plateau, en particulier les puissants forts dont certains possèdent de l'artillerie cuirassée. Les positions françaises s'échelonnent le long de la frontière, entre le col du Mont Cenis et celui de Sollières ; elles sont desservies par des routes stratégiques et un important réseau de chemin muletier. La défense s'appui de part et d'autre de la Pointe de Cléry : au Nord-Est le fort de la Turra prend sous ses feux d'artillerie le col du Mont Cenis, tandis que les baraquements du même nom abritent les troupes chargées de la surveillance de la Combe de Cléry, avec une position avancée au Pas de la Beccia (abri de la Beccia) ; à l'Ouest, les blockhaus du Mont Froid prennent sous leurs feux d'infanterie les différents passages, les troupes chargées de ce secteur sont rassemblées aux baraquements de Sollières. Entre ces deux positions, de multiples emplacements de campagne couvrent les intervalles et assurent la surveillance. On citera pour mémoire les positions du col des Randouillards (2 747m), de la Pointe de Cugne (2 984m), de la Pointe de Cléry et de ses flans ( 3162m), de la Cime du Laro (2 881m). Les routes stratégiques permettent de mettre en batterie une artillerie capable de contrebattre les ouvrages italiens, et d'appuyer une éventuelle offensive française sur le plateau du Mont Cenis. Enfin, de l'autre coté de la vallée, des batteries de campagne sont prévues pour fournir à la place un appui d'artillerie.

  • Le système Maginot : faute de crédits et suite à la priorité donnée par la CORF à Modane, les grands projets de modernisation des ouvrages Séré de Rivières seront abandonnés. C'est donc la MOM qui réalise la fortification moderne, assez tardivement, avec de petits ouvrages d'infanterie. Il s'agit de compléter la défense du col du Mont Cenis sur sa rive droite, en particulier face à la menace des chars (blockhaus des Arcellins). Un petit ouvrage prend en enfilade la route du col, et assure l'interdiction de la rive droite en croisant ses feux d'infanterie (Revêts). L'ensemble de ces ouvrages constituent avec le fort de la Turra, une unique position de défense face au Mont Cenis. Sur les arrières, le col de la Vanoise, relativement accessible, est verrouillé par un ouvrage d'Avant-poste (Vanoise).

    En juin 1940, suite à la réduction des effectifs, le sous secteur de Lanslebourg est dégarni au profit de la position de résistance de Modane. Sa nouvelle mission est uniquement le retardement des troupes ennemies. La Haute Maurienne est abandonnée (une surveillance sera assurée par les troupes de Tarentaise), le quartier du col de Sollières est évacué après les premiers combats pour éviter la prise à revers. Seuls les ouvrages du col du Mont Cenis (Arcellins, Revêts, Turra) restent pour interdire le passage du col jusqu'à épuisement des munitions.
    Cette manoeuvre est possible puisque le sous secteur de Lanslebourg se situe en amont de la puissante position de résistance de Modane.

Direction Ouvrage Type Mission Armement
Col du Mont Cenis Arcellins Blockhaus Interdiction des débouchés du col du Mont Cenis CAC de 25 / Mse
Beccia Abri Interdiction du Pas de la Beccia et surveillance -
Revêts Avant-poste Interdiction des débouchés du col du Mont Cenis 2 Mse, FM
Turra Baraquement Abri des troupes d'intervalle -
Turra Fort Interdiction du col du Mont Cenis et protection des ouvrages voisins 10 pièces longues (120L)
Col de Sollières Mont Froid Blockhaus, appelé "Fort" Interdiction du col de Sollières et environs, surveillance Armement d'infanterie
Sollières Baraquement Abri des troupes d'intervalle -
Col de la Vanoise Vanoise Avant-poste Interdiction du col de la Vanoise par la Maurienne 3 Mse, 1 FM

Implantations et actions :

Fond de carte 1/50 000e du Service Cartographique de l'Armée, relevés de 1889. En bleu les ouvrages Séré de Rivières, en violet les ouvrages Maginot.

Baraquements de la Turra Fort de la Turra Abri du Pas de la Beccia Baraquements de Sollières Blockhaus des Arcellins AP des Revêts Fort du Mont Froid Fort du Mont Froid Fort du Mont Froid
Collection Y. Konieczny.

    Retour Maurienne.

Copyright © www.savoie-fortifications.com 2004-2018.
Tous droits réservés.