SAVOIE-FORTIFICATIONS



  
Menu • Avant propos • Cartographie • Ouvrages • Hommes • Actu • News • Liens • Contact • Livre d'Or 

Remonter
Lanslebourg
Modane
St Michel

Secteur Maurienne :

Situation :

    La Maurienne est l'une des deux grandes vallées alpines de Savoie, la plus au Sud. Elle s'étend sur près de 120 Km, depuis le glacier des sources de l'Arc jusqu'aux basses plaines de la Combe de Savoie. Elle délimite les massifs montagneux de la Vanoise au Nord, et du Galibier au Sud. Dans sa partie haute, la Maurienne forme frontière avec l'Italie sur près de 50 Km, en particulier au col du Mont Cenis. Elle débouche sur la Combe de Savoie à Chamousset. Des routes construites par l'Armée des Alpes assurent la communication avec les secteurs voisins : Tarentaise par le col de l'Iseran (2 764m), Briançonnais par le col et le tunnel du Galibier (2 646m). De plus, un ensemble de chemins muletiers traversent les massifs, permettant le mouvement des troupes de montagnes entre les secteurs.

    Vallée relativement encaissée, la Maurienne présente une succession de verrous glaciaires. Malgré un relief difficile dans sa partie amont, la Maurienne est une des principales voies de communications entre la France et l'Italie : voie royale du Mont Cenis développée par la Maison de Savoie pour concurrencer le col du Montgenèvre (Dauphiné), constamment améliorée, en particulier par Napoléon pour le passage de ses troupes lors des guerres d'Italie ; suivie lors du développement du chemin de fer par la première percée sous les Alpes avec le tunnel ferroviaire du Fréjus (1857-1871).
    La présence des voies de communication a fortement influencé l'installation d'usines métallurgiques, implantées aux pieds des chutes d'eau, d'Argentine à Modane sur près de 60 Km. Ces usines comptent parmi les plus importantes du pays, et fournissent une part considérable de l'acier français. En 1936 est achevé le barrage de Bissorte, capable de fournir en électricité, tout au long de l'année, les usines de la vallée, ainsi que les grandes villes avoisinantes.

Mission :

    La Maurienne doit faire face à un envahisseur venu d'Italie, pour protéger la population comme l'industrie. La frontière est établie sur la ligne de partage des eaux entre le Rhône et le Pô, c'est à dire une chaîne ininterrompue de sommets et de cols plus ou moins élevés suivant le secteur : en général le relief interdit toute action d'envergure, seuls les secteurs du Mont Cenis et des Cols du Sud sont praticables en toute saison. Le col du Mont Cenis est l'unique voie carrossable, mais de multiples chemins muletiers franchissent la frontières par des cols élevés (2 500m en moyenne).
    La Maurienne doit également faire face à la menace du tunnel ferroviaire du Fréjus. En effet, un train empruntant la galerie parviendrait au coeur de la vallée sans obstacles, et prendrait à revers la défense.

    Par soucis d'économies, la fortification ne suit pas la frontière ; seuls les passages clef sont barrés : col du Mont Cenis, Cols du Sud, col du Galibier (liaison avec la place de Briançon) et débouchés des hautes vallées et du tunnel à Modane. Les secteurs peu perméables sont confiés aux troupes de campagne, ou purement abandonnés.

    Il est intéressant de remarquer que la fortification de la Maurienne se situe en amont de celle de la Combe de Savoie. Pourtant, le barrage de Modane est conçu pour faire face à toute attaque, la place de Chamousset ne doit être utilisée qu'en dernier recours.

Composition :

    La Maurienne rassemble à elle seule la moitié des ouvrages de Savoie, dont les plus puissants et les plus modernes. Sa fortification est composée de deux systèmes : Séré de Rivières (1875-1914) et Maginot (1930-1940) ; ces deux systèmes se superposent et se complètent. Néanmoins, on relève une différence entre les secteurs : le sous secteur central (Modane) s'appuie principalement sur un système Maginot, alors que les sous secteurs périphériques (Haute Maurienne, Basse Maurienne) sont basés sur le vieux système Séré de Rivières renforcé aux points cruciaux par des petits ouvrages Maginot.

    Le secteur Maurienne est organisé en trois sous secteurs : la place de Modane, face aux Cols du Sud, aux débouchés de la Haute Maurienne, et au tunnel ferroviaire, qui défend l'accès à la basse vallée ; la place de Lanslebourg face au col du Mont Cenis, en liaison avec la Tarentaise ; enfin la place de St Michel de Mne qui interdit toute pénétration par les cols secondaires et assure la liaison avec le secteur de Briançon par le col du Galibier. Tous les secteurs sont pourvus d'artillerie organique ; ils sont étalés sur plusieurs lignes de résistance.

Place Direction Communication Infrastructures Défense
Lanslebourg
(Haute Maurienne)
Col du Mont Cenis Italie et Tarentaise Route (RN 6) et chemins muletiers Fort, baraquements ; AP* et blockhaus
Modane
(Moyenne Maurienne)
Cols du Sud, tunnel ferroviaire et barrage de vallée Italie et hautes vallées Route (RN 6) et VF Barrage de vallée ; tous types d'ouvrage
St Michel
(Basse Maurienne)
Col du Galibier Italie et secteur de Briançon Route et chemins muletiers Fort, baraquement ; PO et AP

* L'ouvrage de la Vanoise est situé en Maurienne, mais il est tactiquement rattaché à la Tarentaise.

Armement :

    On différencie deux types de défense suivant l'importance du sous secteur :

  • Le sous secteur central (place de Modane) : il est composé d'un barrage de vallée classique du modèle Séré de Rivières, face aux débouchés de la Haute Maurienne, renforcé par deux gros ouvrages Maginot et une multitude de petits ouvrages. Face aux Cols du Sud, un système de défense étalé sur deux positions, composés de petits ouvrages soutenus par des ouvrages d'artillerie. Enfin, au centre de la place, un ensemble de blockhaus assure l'interdiction du tunnel ferroviaire, tandis qu'un gros ouvrage d'artillerie soutient de ses feux les directions dangereuses.

  • Les sous secteurs périphériques (places de Lanslebourg et de St Michel de Mne) : ils reposent sur un fort Séré de Rivières qui fourni la couverture d'artillerie. Les principaux points de passage sont verrouillés par de petits ouvrages Maginot. Des baraquements assurent le cantonnement des troupes chargées de la défense de la frontière au plus près de celle-ci.

    Le secteur de la Maurienne compte, en plus des fortifications que l'on vient de voir, une seconde ligne de défense composée de blockhaus d'infanterie implantés sur le verrou du Pas du Roc, en aval de Saint Michel de Maurienne. Le fort du Télégraphe, de part sa situation, assure la couverture d'artillerie de la seconde ligne de résistance.
    En ultime recours, la place de Chamousset offre le dernier point de résistance avant les larges vallées menant au coeur du pays.

Localisation :

    Fond de carte 1/50 000e du Service Cartographique de l'Armée, relevés de 1889. En vert les ouvrages Séré de Rivières, en rouge les ouvrages Maginot, et en violet les ouvrages de l'Esseillon datant de l'époque Sarde.

Place de St Michel de Maurienne Place de Modane Place de Lanslebourg Secteur Tarentaise
Collection Y. Konieczny.

    Retour SFS.

Copyright © www.savoie-fortifications.com 2004-2018.
Tous droits réservés.